cystite

Dans le langage courant, l’expression cystite aiguë fait référence à une infection des voies urinaires qui se limitent à la partie inférieure de l’appareil urinaire et ne remonte pas jusqu’aux reins, cas de pyélonéphrite. Les femmes sont particulièrement touchées puisque le risque d’infections des voies urinaires est plus élevé, comparé à la taille plus courte de l’urètre féminin, qui aide les germes à pénétrer dans la vessie. Ce document contient des conseils pour vaincre la cystite aiguë ?

Un petit mot sur la cystite aiguë

La cystite aiguë est une maladie inflammatoire infectieuse qui affecte la vessie, provoquant des brûlures dans l’urine, la fréquence et la pyurie. La cystite aiguë peut être considérée comme simple (sans facteur de risque) si elle survient chez une femme âgée de 15 à 65 ans hors grossesse. Il s’agit d’une infection bénigne qui guérit rapidement et n’affecte ni la vessie ni les reins. La cystite aiguë complexe (ou avec facteur de risque) correspond à tout type de cystite présente en présence de facteurs de risque : membrane vésicale, restes de voies urinaires supérieurs à 100 ml, anomalies des voies urinaires mal formées ou obstruées (tumeurs, lithiase, neuropathie), en particulier (insuffisance rénale, diabète, neutropénie, immunodépression). La cystite récurrente (survenue de plus de 4 épisodes) est une cystite complexe chez les femmes enceintes, les filles et les hommes.

La cystite aiguë simple

 La cystite aiguë simple est définie comme une cystite aiguë non récurrente affectant des femmes adultes en bonne santé, non enceintes, sans chirurgie urinaire préalable et sans signes cliniques de malformations des voies urinaires. Une infection urinaire compliquée est une infection qui se propage aux reins ou affecte une population vulnérable : un enfant, un homme, une femme enceinte, une personne âgée ou une personne utilisant une sonde urinaire. Les infections récurrentes des voies urinaires provoquent au moins 3 épisodes par an. La grande majorité des cas sont de nouvelles infections et des infections rarement persistantes. Une bactériurie asymptomatique survient lorsque des bactéries colonisent la vessie et l’urètre et sans aucun signe d’inflammation. 

Localisation et prise en charge d’une cystite aiguë

 La cystite aiguë est une infection des voies urinaires trouvée dans la muqueuse de la vessie.

Le principal objectif du traitement de la cystite aiguë non compliquée est d’alléger les symptômes. Le diagnostic s’effectue à partir d’une analyse d’urine qui confirme la présence de leucocytes et de nitrites formés tout au long de l’infection. Le traitement varie en fonction de l’état clinique du patient.

Le traitement de cette infection urinaire non compliquée est reposé sur une antibiothérapie en une seule dose ou à court terme. Le test bactériologique de la cytourine en laboratoire n’a aucun sens dans le cas d’une cystite non compliquée. Il est vivement recommandé dans les formes complexes et pour les rechutes.

Traitements : solutions naturelles et antibiotiques

La canneberge est un remède naturel contre la cystite, qui réduit l’accumulation de bactéries sur les parois des voies urinaires. De nombreuses études ont montré son efficacité dans le contrôle des infections récurrentes des voies urinaires. L’avantage de cette action préventive est que vous devez consommer 36 mg de PAC A par jour au minimum, ce qui correspond aux principes actifs du fruit. Cependant, en cas de cystite, l’usage des antibiotiques reste une priorité. Seul un médecin est en mesure de décider du traitement à choisir.

Connue pour ses propriétés anti-infectieuses, L’huile essentielle d’arbre à thé, en plus de traiter la cystite, peut être utile pour raccourcir la durée de l’infection et soulager la douleur grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Il est appliqué à travers la peau, dilué jusqu’à 5 % dans de l’huile végétale d’amande douce et massé sur le bas de l’abdomen 4 à 5 fois par jour, aussitôt que la vessie se ramollit.

Les antibiotiques sont un traitement courant des infections de la vessie, car dans la plupart des cas, ce sont des bactéries. Pour éviter que l’infection ne se transforme en pyélonéphrite, prenez un antibiotique dès que possible. Le traitement initial de la cystite est la fosfomycine, un antibiotique administré en dose unique. Si cela ne fonctionne pas, un autre antibiotique pivmecillinam est recommandé en deuxième intention durant 5 jours. Le plus souvent, ce traitement est recommandé pour les jeunes femmes non enceintes qui ne présentent aucun symptôme de gravité (pas de fièvre, lombalgie, etc.), n’ont pas de diabète et n’ont pas d’antécédents de maladie urologique. Les symptômes de la cystite devraient disparaître dans un délai maximum de trois jours. Il est important de consulter votre médecin si les symptômes persistent après cette heure.